Pâques : quand la chasse aux œufs profite aux parents

Dimanche dernier, on a fêté Pâques.

Le temps n’était pas vraiment au rendez-vous pour aller fouiller dans les buissons et se rouler sous les rosiers du jardin mais ça n’était pas un problème pour nous, qui avions confectionné une déco démente pour l’intérieur de la maison.

C’était chez Marie-France.

Marie-France qui nous a laissé transformer son salon avec des œufs pailletés, des rubans multicolores et autres lapins en carton – son salon toujours tiré à 4 épingles, pas un pli sur le canapé ni une miette sur le parquet – j’étais sciée par tant d’ouverture d’esprit.

Y a pas à dire, elle s’assouplit avec les années la belle-sœur.

Si ça continue à ce rythme-là, l’année prochaine, elle nous accueillera déguisée en poule.

Bref cette année, elle était d’humeur joviale et c’est avec un grand sourire, et un beau buffet, parce qu’un sourire, c’est sympa mais ça nourrit pas, qu’elle nous attendait.

Nous avons ripaillé gaiement puis le moment est arrivé pour les enfants de s’attaquer au vif du sujet : la chasse aux œufs.

Et c’est là que je suis intervenue.
Le reste de l’année, je mets un point d’honneur à limiter les sucreries : bonbons, chocolats et toutes les friandises. Ça donne des caries n’est-ce pas ?
Et quelle mère est assez sournoise pour laisser délibérément ses enfants – la chair de sa chair, la prunelle de ses yeux – développer de vilaines caries ?
Pas moi.

Alors chasse aux œufs, oui, caries non !

C’est ainsi que j’ai, dans le calme et sans la moindre protestation adverse, expliqué à mes chérubins qu’ils allaient me rapporter l’intégralité de leur butin, afin que je le garde en lieu sûr.

« C’est maman qui s’occupe de garder notre trésor», a dit mon fils à sa sœur, avec l’intelligence et la docilité raisonnable que j’aime tant chez lui.

Ma fille m’a regardée avec une légère pointe de curiosité, et peut-être même un peu dubitative, mais l’aura d’une mère, immuable, inébranlable (à cet âge en tous cas), a joué pour moi, et les enfants se sont pliés à cette consigne inattendue.

Et ils se sont lancés avec enthousiasme à travers la maison pour aller débusquer tout le poulailler chocolaté.

Moi j’ai attendu avec gourmandise dans le canapé, en sirotant mon café, et en salivant à l’avance de tout le chocolat qui m’attendait 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s