Le jour où mon enfant a fait une crise au supermarché

Avant d’avoir des enfants, tu regardais les pauvres mères de monstres hurlants se débattre comme elles pouvaient, au beau milieu d’un magasin, avec un enfant qui se contorsionne comme s’il venait d’avaler du cyanure (alors qu’il veut juste un énième jouet que sa mère, la vilaine, lui refuse).

Dans le meilleur des cas, si tu es une sainte qu’aucune vilaine pensée ne traverse jamais, tu pensais : « Oh mon Dieu, la pauvre ».

Dans le pire des cas, si tu es une abominable mauvaise langue, tu te disais : « Les mômes ne sont plus élevés de nos jours, c’est scandaleux. Moi, si j’étais à la place de cette femme, je ferais taire cet enfant instantanément. Ce n’est pas avec moi qu’il se permettrait une crise pareille ! ».

Donc ça, c’était avant d’avoir des enfants.

Après, tu la ramènes moins, tu vois ?

Disons que quand tu t’es retrouvée dans la peau de cette mère martyrisée par un enfant incontrôlable, que tous les clients aux 4 km à la ronde t’ont dévisagée, l’air de penser « Les mômes ne sont plus élevés de nos jours, c’est scandaleux. Moi, si j’étais à la place de cette femme, je ferais taire cet enfant instantanément. », et bien, disons que tu la ramènes moins.

Moi, le jour où ça m’est arrivé (il est gravé à jamais dans ma mémoire), on était samedi, à l’heure de pointe, au supermarché. On est passés au rayon jouets parce qu’il était sur le chemin des couches. Mon fils avait 3 ans. Il a vu une voiture à pédales, l’a voulue. J’ai regardé le prix : c’était celui d’une semaine de vacances en Espagne, j’ai dit non. Ça lui a déplu, je dirais.1111berg-toys-kart-auchan-teepsIl s’est mis à hurler tellement fort que même si on avait été seuls, j’aurais été gênée. Bon, on n’était pas seuls du tout. Les vieilles dames me regardaient avec dédain, comme si je l’avais battu. Les autres mères passaient devant moi en tenant leur enfant à distance comme si le mien était contagieux. J’avais l’impression d’être une paria.

Franchement j’aurais bien laissé l’enfant là pour aller me faire faire une manucure. Mais ça ne se fait pas alors j’ai résolu l’histoire comme j’ai pu, avec beaucoup d’efforts, de patience et d’amour. Je ne revivrais cette scène pour rien au monde.

Et vous, ça vous est déjà arrivé une situation pareille ?

2 réflexions sur “Le jour où mon enfant a fait une crise au supermarché

  1. Moi ça m’est deja arrivé et pas qu’une fois ! je me moque du regard des gens, savoir dire non fait parti de l’éducation ! ils peuvent bien resté planter la, par terre, à hurler, il est hors de question que je cède et encore moins avec la colère qu’ils auraient à ce moment là. Effectivement, c’est gênant, mais c’est toujours mieux qu’un gosse qui a tout ce qu’il veut et qui ne connait pas de limite.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s